Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les tunneliers comme ce NOLWENN T6 percent le sol de l'Île-de-France en s'aidant de boues argileuses qui facilitent la pénétration et durcissent en séchant après le passage de la machine, ce qui réduit les travaux de consolidation post-perçage. Le contexte visuel est déformé par l'objectif à courte focale (grand angle).

Les tunneliers comme ce NOLWENN T6 percent le sol de l'Île-de-France en s'aidant de boues argileuses qui facilitent la pénétration et durcissent en séchant après le passage de la machine, ce qui réduit les travaux de consolidation post-perçage. Le contexte visuel est déformé par l'objectif à courte focale (grand angle).

Apparemment aussi naïfs que sincères, nos militants anti-aéroport soutiennent sans ciller que le transfert de Nantes-Atlantique au nord de la Loire ne changerait rien à la fréquentation de l'aéroport "imposé par Paris dans l'intérêt de Vinci et du capitalisme en général". Quitte à admettre curieusement que ce transfert gêne en revanche les habitants du sud-Loiore...

Mais comment gagner de 20 mn à une heure - selon les jours et les heures - depuis Lorient, Quimper ou Saint-Malo pourraît-il être sans effet positif pour un accès accru à l'aéroport, donc l'accueil de passagers plus nombreux et par conséquent la possibilité d'ouverture de nouvelles lignes directes ?

Sur la santé financière de Vinci et la part modeste que peuvent y avoir nos aéroports, on peut disposer d'informations comme celle-ci.

Le "voulu par Paris" ne colle pas du tout avec l'opiniâtreté dont font preuve depuis cinquante ans  les lobbies franciliens - à commencer par la Chambre de commerce de Paris, Aéroports de Paris et Air France - pour poursuivre l'extension des aéroports franciliens et bousculer toutes les barrières mises sur leur chemin pour la freiner.

Tout au plus la pression de nos collectivités a-t-elle pu entraîner l'adhésion précaire de quelques ministres et administrations plus sensibles que d'autres à l'équilibre et à l'avenir des territoires. "Paris", ce n'est pas cela !

La vérité est que la centralisation aérienne couronne celle des autres modes de transport, avec pour Paris et son arrière-cour les mêmes avantages concurrentiels, et la même volonté jalouse de garder en mains tous les atouts.

C'est pénétré de la même conviction que j'ai peine à identifier la part de sincérité qu'il peut y avoir dans l'affichage gouvernemental d'une ouverture vers la réunification de la Bretagne, réunification qui est l'antithèse du découpage caporalisant que nous avons actuellement sous les yeux et qui protège les centralisations évoquées ci-avant.

Méfions-nous des illusions qui nous sont espérer d'une centralisation accrue des progrès pour la Bretagne.

Pendant que nous échangons nos atouts contre des moratoires, l'Île-de-France des actionnaires accroît avec notre argent sa mainmise sur nos territoires, finance ses contournements et ses traversées : il lui faut pouvoir aller vite, de l'ouest des coffres à l'est des auroroutes, des trains, des pistes et des plus petites gens...

Tag(s) : #Transports

Partager cet article

Repost 0