Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans les années cinquante, une ou deux fois par an, notre mère nous emmenait le matin - à pied, ça va de soi - vers les plages à faible pente du nord de la Pointe, où la marée descendante avait laissé ici ou là quelques morgades1, à ramasser et cuisiner sans attendre une trop longue exposition à  l'air.

A vrai dire, le temps du ramassage était pour nous le vrai temps de la fête, car nous appréciions modérément le résultat un peu caoutchouteux de la cuisson, auquel nos palais d'enfants n'étaient pas habitués. Le temps nous a bien réconciliés avec cette dernière phase !

Mais sur les quais du Croisic, comme sur ceux d'autres ports de Bretagne sud, on parle plutôt ces temps-ci d'une autre forme de pêche, qui se pratique en eaux troubles et tendrait à "pays-de-loiriser" à la hussarde la profession de marin-pêcheur.

Cette pêche aurait commencé très fort lors de la mise en place de la nouvelle organisation des comités des pêches et cultures marines. En pilotant la formation d'un comité "régional" excluant des comités départementaux, souvent créés ailleurs, une région artificielle de l'Ouest aurait, dit-on, poursuivi le double objectif de casser la solidarité traditionnelle des professionnels de la Loire-Atlantique avec ceux des autres ports du sud Bretagne2, et de donner un semblant d'existence à une pêche aussitôt qualifiée de "ligérienne". L'Histoire ne dit pas si c'est un exemple des fameuses coopérations "qui fonctionnent", selon Jacques Auxiette, entre les circonscriptions actuelles !

Plus récemment, la rumeur des quais évoque une "suggestion" appuyée des instances de la même circonscription - artificielle mais à l'occasion porteuse de subventions - pour obtenir le soutien de la nouvelle structure "régionale" au maintien de l'entité "Pays de la Loire" dans le cadre du "big bang" territorial dont on ne parle pas seulement sur les quais.

Ces ragots seront sûrement vite démentis...

____________________

(1) - J'écris "morgade", comme nous le prononcions, un nom que n'ai lu nulle part à l'époque, mais qui est souvent écrit "morgate" sur les menus ou les enseignes de restaurant. Dans les dictionnaires breton-français et/ou français-breton, on peut consulter les entrées "morgad" ou "seiche".

(2) - La solidarité n'est pas que professionnelle. Le Croisic et La Turballe, notamment, ont accueilli entre la fin du 19ème siècle et le milieu du 20ème de très nombreuses familles originaires du Guilvinec ou des ports voisins, voire de l'Île de Sein. Nos voisines Le Brenn et Guilcher dialoguaient haut et fort en breton d'une fenêtre à l'autre. 

Une réunion de travail du Comité départemental des Pêches du Finistère en mars 2011 (photo comité)

Une réunion de travail du Comité départemental des Pêches du Finistère en mars 2011 (photo comité)

Tag(s) : #Réunification

Partager cet article

Repost 0