Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Extrait de la Lettre de la Société du Grand Paris (SGP)

Extrait de la Lettre de la Société du Grand Paris (SGP)

En Île-de-France, le sentiment d'appartenance se conjugue en milliards d'euros...

La Société du Grand Paris nous apprend que le projet "Grand Paris Express" va générer près de 70 milliards de retombées économiques, pour un investissement initial de 30 milliards d'euros (validé plus vite que la décentralisation par le gouvernement Ayrault dès les premiers mois de son existence, et avec une rallonge !).

Le chiffre est à rapprocher du budget "régional" estimé pour 2013 de la Bretagne à 5 départements : moins de 2 milliards d'euros1.

Du pur bonheur, non ?

La Société du Grand Paris insiste sur le fait que ce mégalo-investissement est quasiment de l'autofinancement régional. C'est un peu vite oublier que l'État est financé par tous les citoyens français, que l'épargne collectée par la Caisse des Dépôts2 vient de partout, notamment d'une Bretagne très épargnante, et surtout que l'économie francilienne elle-même est une ponction permanente sur l'économie française, par l'effet de la centralisation des transports (routiers puis ferroviaires, enfin aériens) et tout ce qui s'ensuit (implantation de sièges d'entreprises, d'entreprises, de services aux entreprises, de banques, de sociétés de gestion des patrimoines ou de conseil fiscal, de centres de réunions assortis d'hébergements et de restauration ou de remise en forme, etc, etc).

Non, Paris ne "produit" pas un tiers du PIB français : il l'encaisse, c'est autre chose ! Si on amputait de moitié les très hauts salaires et les dividendes encaissés dans l'ouest intérieur et extérieur de Paris, le "PIB francilien" ferait un très sérieux bond ...en arrière !

Les Bretons doivent comprendre que les découpages régionaux sont des béquilles de la centralisation, sans laquelle l'Île-de-France ne profiterait pas de ces accumulations qu'on nous présente comme la locomotive de la croissance...

En atténuant - même progressivement - cette logique, par l'importance potentielle de ses flux transversaux et de leurs prolongements vers l'Europe du nord-ouest et du sud, la réunification est un danger que la valetaille jacobine s'emploie à écarter.

____________________

(1) - Chiffre arrondi obtenu en additionnant au montant du budget de la région Bretagne (1,375 milliard d'euros) un fortait estimatif de 0,576 milliard d'euros correspondant à 35 % du budget de la région des Pays de la Loire, représentant la part de la Loire-Atlantique.

(2) - La Caisse des Dépôts et Consignations a été créée sous Louis XVIII (en 1816) pour racheter l'énorme dette publique à court terme héritée de l'Empire, au moyen des fonds déposés ou consignés chez les notaires, renforcés dès 1818 par la collecte des fonds déposés dans les caisses d'épargne. On ne doit pas perdre de vue l'importance de cette formidable et ancienne centralisation de l'épargne des petits possédants et des classes émergentes de la société industrielle. Dans d'autres pays, cette épargne a pu être gérée et utilisée localement. En France, elle permis à l'État de disposer d'une forte capacité d'investissement, qui a entre autres utilisations permis de financer la centralisation des transports ferroviaires. Décidément, le jacobinisme fait de l'État une mine d'or...

Tag(s) : #Centralisation

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :