Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une photo du Président et de ses premiers ministres qui date de quelques années, mais dont l'actualité est saisissante.

Une photo du Président et de ses premiers ministres qui date de quelques années, mais dont l'actualité est saisissante.

Les derniers mois semblent avoir durement éprouvé les hérauts de la "République" jacobine. On se croirait dans un autre univers.

A les entendre, le mal qui ronge la France n'est pas leur incapacité à la gouverner sereinement et efficacement, ou à progresser vers la société plus juste que tout le monde leur demande. Non, le Grand Mal, c'est l'intolérable prétention des Bretons, des Alsaciens, des Catalans, des Basques à être ...les peuples qu'ils sont depuis des siècles, sinon des millénaires !

Certains pensaient déjà qu'il leur suffisait de cracher sur "les patois" pour se sentir à l'aise dans la soutane de l'abbé Grégoire, lequel ne s'est heureusement pas contenté de cette regrettable facilité.

Des socialistes alsaciens s'effarouchent de voir leurs compatriotes rejeter une fusion avec la Lorraine : ils y voient la manifestation d'une dangereuse dérive identitaire...

Le Premier Ministre lui-même se croit appelé par la Nation à nier l'existence d'un peuple alsacien qui, à ce qu'il semble, ferait de l'ombre au peuple français, unique et indivisible. Pourquoi de l'ombre ? N'y a-t-il pas belle lurette que les Alsaciens ont appris à ne pas fantasmer outre mesure leurs identités ?

Son prédécesseur à Matignon crie "Casse-cou !" à l'idée d'un découpage régional qui respecte l'identité bretonne - tout aussi ancienne et plurielle - de nos cinq départements, découpage que son compère Auxiette n'hésite pas à comparer à l’Anschluss hitlérien (annexion de l'Autriche). Mais d'où sortent-ils ? Où vont-ils à ce train ? Savent-ils que le géographe et historien picard Jean-Baptiste Ogée, à la fin du 18ème siècle, dédicaçait ses ouvrages sur la Bretagne, imprimés à Nantes avec tous les feux verts requis à l'époque, à ...la "Nation bretonne", et que toutes les anciennes paroisses de l'actuelle Loire-Atlantique y ont leur notice ? Où est le mal ? Où ?

Pour des raisons idéologiques qui mériteraient d'être tranquillement réévaluées, la nationalisme jacobin à restreint le sens de mots riches de plusieurs sens et de vie, qui permettaient à chacun de s'y retrouver sans drame. Ainsi, le "peuple" et la "nation" ne seraient plus que l'ensemble des citoyens d'un même État ! Ce qui - comme c'est curieux ! - permet "juridiquement" de rejeter les "autres identités" et de priver de droits spécifiques celles et ceux qui s'en réclament. Et c'est cela qu'ils appellent "République" (res publica : l'affaire de tous) ? Eh ! bien ...merci de repasser un autre jour.

Mais aussi, si c'est bien ça le fond de la question, autant le dire et ne pas nous embrouiller dans de minuscules considérations constitutionnelles, juridiques ou tout bonnement partisanes !

Je n'ajoute rien sur les Corses, les Catalans, les Basques, les Occitans, etc. Ils le mériteraient, mais on m'a compris.

Et je retourne m'occuper d'un article bien saignant sur l'égalité des revenus dans la République prétendûment menacée ...par ses minorités nationales ! Les inégalités, ça ne demande pas des discours enflammés, mais des actes. Mesdames et Messieurs les Jacobins, en êtes-vous encore capables ? Sinon, à quoi servent vos discours ?

A bientôt !

Votre "République" jacobine n'est ni fraîche ni joyeuse !
Tag(s) : #Politique, #Réunification

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :