Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mais QUEL "casse-tête breton" ?

Dans deux paragraphes de l'article de Jean-Luc Évin publié en page 5 et annoncé en Une du quotidien, sous le titre "Le casse-tête breton", OUEST-France détaille les motifs pour lesquels le redécoupage des régions de l'ouest français poserait problème au Gouvernement.

Pourtant, à y bien chercher, le problème central semble être le refus de reconnaître comme région la Bretagne à cinq départements, à peine camouflé sous des prétextes divers, aussi vieux que l'amputation de 1941, la première appliquée à une circonscription administrative bretonne "généraliste".

On ne voit pas très bien par exemple à quelle "logique atlantique" répondrait la fusion "Bretagne - Pays de la Loire" en incluant trois départements qui se sont rarement fait remarquer par leur intérêt pour les problématiques maritimes, dont les principales concernent en revanche au plus haut degré les cinq départements bretons (commerce maritime, construction et réparation navales, pêche et cultures marines, tourisme littoral, les deux dernières concernant seules vraiment la Vendée).

Avec des dossiers de cette épaisseur, le caractère "historique" de la Bretagne à cinq tient autant à la géographie et à l’économie qu'à la mémoire et aux sentiments (dont le ciment permet d'affronter les difficultés ensemble).

On voit bien en revanche la sourde ténacité qui pousse les élus jacobins à conserver les routes de Paris comme axes majeurs des circonscriptions qu'ils défendent, alors que la Bretagne réunifiée aimerait évidemment prolonger vers le sud et le nord les nouveaux axes principaux que seraient Brest - Nantes et Nantes - Rennes, dans l'intérêt général de toute la péninsule (les routes de Paris n'étant pas barrées !).

Ajoutons à cela que depuis le CELIB - au moins - les mêmes milieux jacobins ont une sainte frousse des conjonctions ouvriers - paysans -marins pêcheurs qui ont mobilisé à plusieurs reprises nos cinq départements.

Mais, bien sûr, il fait plus "républicain" d'habiller le refus d'une Bretagne économiquement, socialement et culturellement forte derrière la crainte quasiment raciste d'un "repliement identitaire". 

Sans rire, de quel côté du Couesnon le refus de l'Autre se manifeste-t-il le plus clairement ?

Et tout en s'efforçant de nous maintenir la tête sous l'eau, la France coule...

Tag(s) : #Réunification

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :