Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En réalité le pourcentage de 67 % ne s'applique pas à la Loire-Atlantique mais à l'ensemble de l'actuelle "région" des Pays de la Loire, ce qui est très différent, sachant que 70 % des habitants de la Loire-Atlantique sont favorable à l'intégration de la seule Loire-Atlantique dans la Bretagne, contre 52 % dans le reste des Pays de la Loire, dont les habitants sont donc loin d'être aussi hostiles que les amis de M. Auxiette à la satisfaction des claires attentes de la population de Loire-Atlantique. Des chiffres qui confirment que les adversaires de la réunification sont les barons jacobins qui se partagent les sièges de la "région". Merci de votre compréhension, voisins. Et vous savez qu'on vous aime, même si nous tenons à vivre Bretons en Bretagne !

En réalité le pourcentage de 67 % ne s'applique pas à la Loire-Atlantique mais à l'ensemble de l'actuelle "région" des Pays de la Loire, ce qui est très différent, sachant que 70 % des habitants de la Loire-Atlantique sont favorable à l'intégration de la seule Loire-Atlantique dans la Bretagne, contre 52 % dans le reste des Pays de la Loire, dont les habitants sont donc loin d'être aussi hostiles que les amis de M. Auxiette à la satisfaction des claires attentes de la population de Loire-Atlantique. Des chiffres qui confirment que les adversaires de la réunification sont les barons jacobins qui se partagent les sièges de la "région". Merci de votre compréhension, voisins. Et vous savez qu'on vous aime, même si nous tenons à vivre Bretons en Bretagne !

Interrogé pour Ouest-France (4/10) par Marc Le Duc, Philippe Grosvalet, président du Conseil général de Loire-Atlantique, reconnaît que tous les sondages concordent pour dire que 70 % des habitants de la Loire-Atlantique sont pour la réunification de la Bretagne (formation d'une Bretagne à cinq départements dont le leur).

Mais curieusement, il ajoute (extrait entouré de rouge ci-dessus) que si on interroge ces mêmes habitants, ils sont à 67% favorables à la fusion de la Bretagne et des Pays de la Loire.

M. Grosvalet commet là une erreur étonnante eu égard à ses fonctions.

Le pourcentage de 67 % s’applique en effet à l'ensemble de la population des actuels Pays de la Loire, et non aux habitants de la seule Loire-Atlantique, dont on a au contraire toutes les raisons de penser que, département le plus nettement favorable à son propre rattachement à la Bretagne (à 70 %) il se situe parmi les moins favorables à une "simple" fusion, qui n'a pas pour ses habitants la même signification.

Une comparaison des ventilations entre "favorables" et "très favorables", s'agissant du seul rattachement de la Loire-Atlantique et de la fusion, conduit en outre à relativiser nettement la proximité des "70 %" et des "67 %" cités par le président Grosvalet. Si les chiffres cumulés des "favorables" et des "très favorables" paraissent proches, à l'intérieur de ces cumuls la part des "très" favorables est nettement prépondérante quand il s'agit de la réunification, et c'est en revanche la part des "plutôt" favorables qui l'emporte lorsqu'il s'agit de la "fusion". Laquelle n'est visiblement perçue que comme un pis-aller...

On ne peut hélas pas compter sur les pseudo-statisticiens des Pays de la Loire et leurs commanditaires politiques pour formuler ces observations dont l'intérêt saute pourtant aux yeux.

Quand il s'agit de réunification de la Bretagne, la part des "très favorables" (vert foncé) est prédominante, jamais lorsqu'il s'agit d'une éventuelle fusion des actuels Pays de la Loire et de la Bretagne.

Quand il s'agit de réunification de la Bretagne, la part des "très favorables" (vert foncé) est prédominante, jamais lorsqu'il s'agit d'une éventuelle fusion des actuels Pays de la Loire et de la Bretagne.

Tag(s) : #Réunification

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :