Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un bulletin de vote lors des prochaines élections - en particulier pour celles et ceux qui - comme moi - n'appécient pas du tout d'avoir vu le découpage régional décidé à Paris sans leur avis ?

Un bulletin de vote lors des prochaines élections - en particulier pour celles et ceux qui - comme moi - n'appécient pas du tout d'avoir vu le découpage régional décidé à Paris sans leur avis ?

Favorisés par des dispositions de droit ou de fait qui leur réservent les financements publics et un accès quasi-permanent aux médias, les partis jacobins sont pratiquement les seuls à pouvoir désigner des candidats aux élections qui visent - normalement - à représenter la population de nos communes, de nos départements et de nos "régions" dignes ou non de ce nom.

C'est pourquoi nos élus ont été cette année si souvent absents des débats sur la "réforme territoriale" et si peu enclins à exprimer jusqu'au vote les aspirations populaires à la réunification de la Bretagne.

C'est pourquoi le président du Conseil général de Loire-Atlantique, Philippe Grosvalet, a pu se permettre de reconnaître publiquement que 70 % de la population de Loire-Atlantique veut faire partie d'une Bretagne à cinq départements, et néanmoins lui refuser de pouvoir le confirmer lors d'une consultation populaire (voir coupure de presse en fin d'article). Au motif, clairement exprimé en d'autres termes, que la population de la Loire-Atlantique n'est pas capable de juger !

C'est pourquoi un seul député de Loire-Atlantique (François de Rugy) a osé voter les amendements1 à la réforme territoriale tendant à former une région Bretagne à cinq départements (réunification de la Bretagne).

C'est pourquoi huit autres de ces députés ont cru pouvoir refuser deux fois par leur absence lors des votes en cause de relayer les aspirations reconnues de leurs électeurs.

C'est pourquoi une courte majorité de l'Assemblée nationale2 a pu approuver cette "réforme territoriale" discutée entre copains - jusqu'à l'Elysée ! - qui méprise sans vergogne le très fort désir des Bretons (comme des Alsaciens) de vivre dans le cadre territorial de leur choix.

C'est pourquoi ces adversaires d'une réunification qui, le plus souvent, ne les concerne pas, sinon pour la défense d'une centralisation qui fait le bonheur de leurs amis ou des amis financiers de leurs amis, décident encore à notre place.

C'est donc finalement pourquoi je penche de plus en plus fort ces jours-ci pour que la volonté citoyenne de réunification s'exprime lors des prochaine élections intéressant la Bretagne (à commencer par les élections départementales de mars 2015) par la possibilté de glisser dans les urnes - faute de candidat acceptable - un bulletin inspiré du modèle ci-dessus rendu notamment disponible sur Internet pour utilisation ou diffusion papier.

Ce n'est pour l'instant qu'une idée, mais elle sème déjà l'inquiétude !

Quoi qu'il en soit, faute majeure contre la démocratie, le détournement de représentation3 doit être payé au prix fort.

____________________

(1) - En particulier les amendements de mon camarade Paul Molac, député du Morbihan - apparenté UDB et administrativement membre du "groupe" EELV de l'Assemblée nationale - sur la réunification et sur un assouplissement réel du droit d'option ouvert aux départements pour pouvoir changer de "région".

(2) - Très bizarrement inférieure à la "majorité spéciale" de 60 % imposée aux conseils départementaux ou régionaux concernés pour approuver un changement de région !

(3) - Élu comme candidat à la représentant du peuple, l'élu outrepasse évidemment ce mandat lorsque, en légiférant contre leur gré sur l'identité de ses mandants, il agit en fait en représentant d'un parti.

Réunification : peut-être que c'est cela qu'ils cherchent ?

Partager cet article

Repost 0