Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Répartition - interne à l'Île-de-France ! - des entreprises de services financiers.

Répartition - interne à l'Île-de-France ! - des entreprises de services financiers.

La carte ci-dessus - déjà publiée sur mon blog ou sur Facebook - rend compte de l'implantation interne à l'Île-de-France des activités financières. Elle permet, sans grand calcul, de constater que le cœur financier de la France tient dans une "patate" de moins de 10 km de rayon et d'une surface inférieure à 0,8 % de celle de la Bretagne. En gros, il s'agit de la partie ouest de Paris et des Hauts-de-Seine. Cette surface est comparable à celle de la communauté urbaine de Quimper, et en réalité bien inférieure, car le gruyère financier parisien, malgré sa concentration, est plein de trous.

On ne s'étonnera pas que l'implantation de ces activités financières recoupe à peu de choses près celle des très hauts revenus, des énormes dividendes et des patrimoines hors normes.

Ces activités financières sont essentiellement celles des secteurs des banques (62 % des salariés concernés) et des assurances (25 %), les 13 % restant comprenant notamment l'administration des marchés et la gestion des portefeuilles.

La gestion de l'argent se niche ainsi logiquement dans les dépendances immédiates de la fortune. Activité elle-même des plus rentables, elle considère et rémunère sans barguigner ses serviteurs compétents et discrets : 45 % de ses salariés sont des cadres.

Les activités financières et ceux auxquels elles bénéficient aiment aussi - ça tombe bien - la proximité du pouvoir. Ancien secrétaire général de la police collaborationniste devenu haut dirigeant bancaire et patron de presse,  René Bousquet a fréquenté avant, pendant et après la guerre nombre de grands noms de la politique et de l'économie, d'Antoine Pinay, Edmond Giscard d'Estaing1 ou Édouard Daladier à François Mitterrand. Et l'actualité judiciaire se fait régulièrement l'écho des étroites relations financières entre Nicolas Sarkozy et Liliane Bettencourt2, etc. Dans le nid douillet de l'ouest parisien, la porosité entre haute finance, haute administration et haute politique sont "naturelles".

On a sans doute tort, chez les analystes politiques favorables à la décentralisation ou à l'autonomie des régions, de se focaliser sur la question des "compétences" à transférer, quand l'examen des rouages et des effets de la centralisation en dit beaucoup plus long sur la réalité concrète de celle-ci, et sans doute sur ses principales finalités : la protection, la pérennité et le développement du système français de concentration des richesses, bâti sur les restes d'une Révolution vite détournée au profit de la bourgeoisie francilienne et renforcée au fil des ans par la centralisation des transports - décidée et organisée à cette fin - mère de la concentration de tous les autres flux (financiers, culturels, décisionnels, d'informations...).

C'est probablement cela le sens de "l'unité nationale" opposée à la France d'outre-périphérique par les Jacobins du haut de l'échelle. Ceux du bas de l'échelle ? Mais leur mission est de la tenir, pardi. Pour empêcher les premiers de tomber...

On trouvera ci-après d'autres cartes qui - c'est le moins qu'on puisse dire - ne contredisent pas ces remarques :

     . la localisation des entreprises de chimie et de pharmacie en Île-de-France, dont les sièges de L'Oréal et de Sanofi, dont les dirigeants figurent en tête des plus gros revenus de France.

     . la localisation des "entreprises culturelles" en Île-de-France : cinéma, télévision, radio, édition, musique, presse..., dont la faiblesse hors de l’Île-de-France est hautement significative de la dépendance et du contrôle de la "province".

___________________

(1) - Président à l'époque de la Société financière pour la France et les Pays d'Outre-Mer.

(2) - Actionnaire principale du groupe L'Oréal, une des plus grosses fortunes de France, domiciliée à Neuilly.

______________________

Sources : les trois cartes - dont le titre, dans deux cas, est de la rédaction de ce blog - sont extraites d'une brochure de 84 pages intitulée Géographie de l'emploi 2006 en Île-de-France, éditée en 2009 et coéditée notamment par l'INSEE et l'Atelier parisien d'Urbanisme (APUR). Voir en fin d'article la couverture de cette brochure, dont on souhaiterait disposer de versions plus récentes et de cersions "régionales".

Voyage au coeur de la centralisation, pour mieux comprendre...
Voyage au coeur de la centralisation, pour mieux comprendre...
Une brochure conseillée à qui veut se faire une meilleure idée de l'emprise francilienne sur l'économie et la société françaises, ou se faire une idée juste de ce qu'est une vraie "métropole".

Une brochure conseillée à qui veut se faire une meilleure idée de l'emprise francilienne sur l'économie et la société françaises, ou se faire une idée juste de ce qu'est une vraie "métropole".

Tag(s) : #Centralisation, #Economie, #Décentralisation, #Inégalités

Partager cet article

Repost 0