Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le montant moyen des 10 % de revenus les plus bas de France a BAISSÉ de 6,2 % entre 2002 et 2012, tandis que le montant moyen des 10 % de revenus les plus haut ont PROGRESSÉ dans le même tempss de 11,8 %., l'écart se creusant surtout à partir de 2008. Merci Chirac et de Villepin, super-merci Sarko et Fillon.  Ça ne s'est pas franchement amélioré après.  Si "les Français" vivent "au-dessus de leurs moyens", comme on le leur répète tous les jours, certains ont tout de même des moyens bien supérieurs aux autres, et qui croissent beaucoup plus vite !

Le montant moyen des 10 % de revenus les plus bas de France a BAISSÉ de 6,2 % entre 2002 et 2012, tandis que le montant moyen des 10 % de revenus les plus haut ont PROGRESSÉ dans le même tempss de 11,8 %., l'écart se creusant surtout à partir de 2008. Merci Chirac et de Villepin, super-merci Sarko et Fillon. Ça ne s'est pas franchement amélioré après. Si "les Français" vivent "au-dessus de leurs moyens", comme on le leur répète tous les jours, certains ont tout de même des moyens bien supérieurs aux autres, et qui croissent beaucoup plus vite !

D'éditorial en éditorial, et en première page, notre presse régionale subventionnée joue le rôle qu'on attend d'elle : faire admettre à ses lecteurs - nous faire admettre - les "réformes" nécessitées par le train de vie excessif "des Français", qui serait la cause de la fameuse "Dette" dont on nous rebat les oreilles.

L'axe majeur de ces "réformes" serait "la réduction des dépenses publiques", donc celles de l'État et des collectivités locales (communes, départements et régions). On peut y ajouter les régimes de protection sociale, dans la mesure où ils sont financés par des prélèvements obligatoires.

Mais la Dette apparaît - ou s'accroît - quand le montant des dépenses excède celui des recettes, ce qui peut être dû aussi bien à une diminution des recettes qu'à une augmentation des dépenses !

Publique ou privée, la Dette profite donc à quelqu'un, par la distribution d'un supplément de revenu ou par la diminution des ponctions opérées sur ces revenus. Et, de proche en proche, cet avantage se diffuse dans la société. Mais très inégalement.

En définitive, pour savoir "où passe l'argent ?", le plus simple est de regarder où il arrive !

Ce blog a modestement contribué à répondre à cette question dans un article du 3 mars intitulé "Comment les plus riches des Franciliens se nourrissent sur la bête ?", qui ne vise bien sûr les Franciliens que dans la mesure où leur région compte statistiquement, et de très loin, la plus forte proportion de très hauts revenus. On en trouve aussi ailleurs, mais ils y sont généralement moins hauts et surtout bien moins nombreux.

Le graphique d'en-tête en "rajoute une couche" en confirmant que les plus hauts revenus s'arrondissent d'année en année au détriment des revenus les plus bas. Et on sait que ce transfert en fait aussi les propriétaires d'une part de plus en plus grande du patrimoine du pays et, notamment, du capital des entreprises qui assurent leurs propres revenus, dont ils ont ainsi plus de facilités à fixer le niveau.

On voit mal comment "le niveau de vie excessif des Français" pourrait ne pas être d'abord le leur...

Tag(s) : #Inégalités, #Finances locales, #Economie, #Politique
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :