Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Titre d'un article du "Monde" des 10 et 11 mai 2015, citant une nouvelle élue du SNP (Scottish National Party).

Titre d'un article du "Monde" des 10 et 11 mai 2015, citant une nouvelle élue du SNP (Scottish National Party).

Il y a évidemment des différences entre les situations de l'Écosse et de la Bretagne en ce début (encore) du 21ème siècle, mais comment ne pas trouver chez nous d'échos à une situation que nous connaissons aussi, dans des registres qui n'ont pas toujours la même force mais qui renvoient souvent à des réalités tangiblement voisines, sinon communes.

Ainsi, le jacobinisme révolutionnaire (?) français, dont nous connaissons bien ici les variantes de droite et de gauche et leurs accointances dès qu'il s'agit de la réunification, de la langue ou de l'autonomie, a trouvé son écho dans le Royaume "Uni" à l'occasion du référendum écossais sur l'indépendance (dont on voit bien aujourd'hui qu'il n'était pas aussi "perdu" que s'en sont vite réjouis certains à l'époque).

Si le Royaume-Uni n'a pas connu la même "Révolution confisquée" que la France, il a connu, avec un calendrier un peu décalé, la formation d'un marché intérieur unique et ses corollaires, la suprématie d'une capitale, d'une langue et de valeurs qui supposaient l’effacement d'autant de réalités territoriales "minoritaires".

L'Irlande, l'Écosse, la Cornouailles et le Pays de Galles en ont payé surabondamment le prix.

Les composantes du Royaume Uni - comme celles de la France caporalisée par le centralisme - ont en effet cotisé et cotisent encore lourdement pour qu'une capitale dont les ambitions et prérogatives n'ont jamais été validées par un quelconque débat démocratique, s'impose comme le passage obligé et sans recours de décisions qui mériteraient un examen critique de la part de toutes les parties intéressées.

Les constructions étatiques de la deuxième moitié du second millénaire ont sans doute été un moment important, voire nécessaire, de la construction et de l'évolution de l'Europe occidentale.

Mais quand les communications se font sans barrière majeure entre les continents, la prétention de ces États-Nations à contenir dans leurs petits filets l'expression et les aspirations des peuples qu'ils ont un temps rassemblés se heurte au principe de réalité. A quoi sert aujourd'hui de restreindre les possibilités d’accès de la Bretagne au monde, si ce n'est à maintenir sans raison des privilèges de situation d'un autre temps ? Pourquoi passer par Paris pour aller de la Bretagne au reste de l'Europe, et au-delà ?

Le Royaume Uni et les Écossais ont sans doute aujourd'hui un temps d'avance sur la France de MM. Hollande, Chevènement, Auxiette et Ayrault.

Cela laisse à certains le temps de mener des batailles d'arrière-garde. Qu'ils y prennent sans tarder tout le plaisir qu'ils peuvent : le temps leur est compté.

Tag(s) : #Aménagement, #Centralisation

Partager cet article

Repost 0