Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Progression de l'enseignement par immersion en breton et bilingue breton-français entre les rentrées 1977 et 2014 (Source : Ofis publik ar Brezhoneg)

Progression de l'enseignement par immersion en breton et bilingue breton-français entre les rentrées 1977 et 2014 (Source : Ofis publik ar Brezhoneg)

La "réforme des collèges" du gouvernement Valls est-elle l'occasion saisie par le régime jacobin pour donner un coup d'arrêt à la spectaculaire progression des effectifs scolarisés dans nos cinq départements dans les filières Diwan (par immersion, créée en 1977), Div Yez (bilingue breton-français public, créée en 1982) et Dihun (bilingue breton français privé catholique, créée en 1990) ?

On a de bonnes raisons de le craindre.

En particulier, selon des informations diffusées tardivement par le Ministère de l’Éducation, en réaction aux premières critiques, les langues régionales pourraient être enseignées "pendant une heure en cinquième et deux heures en 4ème et 5ème".

La section Langues et Cultures régionales du Conseil national des universités (CNU) souligne à l'unanimité que "supprimer toute possibilité d'étudier une langue régionale en sixième, y compris pour des élèves issus de filières bilingues à parité horaire, revient à rendre impossible la continuité de cet enseignement de la maternelle à l'université"1.

Pour qui connaît un peu le processus d'acquisition des langues, c'est un processus d'asphyxie de ses filières que met ainsi en place la "réforme".

Par ailleurs, le confinement des heures d'enseignement des langues régionales au sein des "enseignements pratiques interdisciplinaires" (EPI) dont l'organisation relèverait largement de l'initiative des établissements - avec les pressions internes qu'on peut imaginer - marquerait un dangereux recul par rapport à la garantie actuelle de dotations horaires dédiées (spécifiques et garanties), comme le souligne le groupe d'études sur les langues régionales de l'Assemblée nationale coprésidé par le Breton Paul Molac (apparenté UDB) et l'Alsacien Armand Jung (PS).

Conseillère régionale (Bretagne résiduelle)  UDB, Naig Le Gars rappelle de surcroît dans Le Peuple breton de juin (p. 6) que la convention spécifique relative à l'enseignement du breton, promise, n'a toujours pas vu le jour...

Dopé semble-t-il par par la victoire interne de sa majorité - facilitée par des défections encore plus majoritaires qu'elle - le Parti socialiste ne se sent plus glisser...

Ses hiérarques ont relancé, en 2014, leur guerre suicidaire contre la Bretagne et les autres minorités nationales de France. Leur facile "victoire" parlementaire, due à l'accumulation des mécanismes "correcteurs" de la volonté populaire, leur tourne-t-elle la tête ?

Grâce à eux en tout cas, l'idée fait maintenant son chemin que le régime jacobin vit ses dernières années.

Aidons-les !

Tag(s) : #Langues, #Discriminations, #Centralisation

Partager cet article

Repost 0