Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Heures de pointe, accidents, manifs, travaux d'entretien...les risques de ralentissement ou même de blocage ne manquent pas.

Heures de pointe, accidents, manifs, travaux d'entretien...les risques de ralentissement ou même de blocage ne manquent pas.

Pendant la campagne pour le OUI ou le NON au transfert au nord de la Loire de Nantes-Atlantique, j'ai lu plusieurs fois, y compris dans des dossiers relativement sérieux, que ce transfert ferait gagner dix-sept minutes aux usagers du nord-Loire.

L'affirmation est évidemment de nature à relativiser l'intérêt du transfert.

Or, elle est à la fois vraie et fausse, et l'important est malheureusement du côté du faux.

Ce qui est vrai, c'est qu'il faut en effet à peu près dix-sept minutes de route pour gagner l'aéroport en franchissant la Loire à Cheviré, quand la circulation est parfaitement fluide sur le périphérique et le pont.

Mais quand des élus politiques ou consulaires vendéens disent craindre que le transfert conduise les passagers venant de Vendée à "regarder les avions décoller en passant une demi-heure ou une heure dans les bouchons", ils ont aussi raison. Mais ça ne se passe pas les mêmes jours aux mêmes heures ! Les bouchons sont clairement fréquents en début et en fin de demi-journée et en début et fin de semaine, heures de pointe d'embauche et de débauche, mais partiellement aussi heures des plus nombreux mouvements d'arrivée et de départ d'avions.

Le matin avant 9h, je vois souvent une file de plusieurs dizaines de voitures patienter sur le boulevard Charles-Gautier (ex-bd de La Baule), dans l'attente de pouvoir s'insérer sur le périphérique à partir du rond-point d'Ar Mor. S'il y a parmi eux des gens qui vont prendre l'avion, ils ne seront certainement pas à Nantes-Atlantique dix-sept minutes plus tard !

L'un des problèmes dela localisation actuelle de Nantes-Atlantique est qu'une majorité de passagers résident au nord ou s'y rendent, et subissent aujourd'hui ces retards ou ces risques dont parlent les Vendéens (et autres habitants du sud-Loire). Et cela décourage certains passagers potentiels, qui se tournent d'emblée vers Paris, même si le gain de temps n'est pas évident.

Ne les prenons pas pplus les uns que les autres pour des benêts : le risque pour un passager qui fait une certains distance pour gagner l'aéroport n'est pas de trouver le périphérique et le pont libres ! 

Ce n'est donc pas sur la base des dix-sept minutes qu'il faut discuter !

 

Tag(s) : #Transports

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :