Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

M. Paul Magnette, ministre-président de la Wallonie (Photo Le Soir).

M. Paul Magnette, ministre-président de la Wallonie (Photo Le Soir).

Un peu moins peuplée que la Bretagne (entière) pour une superficie inférieure à la moitié, la Wallonie donne en ce moment à l'Europe libérale une leçon d'indépendance face aux exigences des partisans d'un libre-échangisme commercial insuffisamment contrôlé.

Son parlement bloque en effet, comme il en a le pouvoir constitutionnel, la ratification par la Belgique, et donc par l'Europe, du traité de libre-échange négocié entre l'Union européenne et le Canada, qui préfigure un peu le Traité transatlantique et présente un certain nombre des mêmes défauts.

Le Ministre-président, Paul Magnette, chef de l'exécutif wallon, reproche notamment à l'U.E. les conditions de négociation de ce traité, hors de la vue des citoyens, et le recours à des cours d'arbitrage pour trancher les conflits, plutôt qu'à des institutions judiciaires assurant plus efficacement la défense des citoyens et consommateurs. Ces cours d'arbitrage permettent aux multinationales de participer comme juges à la résolution des conflits qui les opposent à des États..

Il est impensable que l'élaboration de ce traité ait pu arriver au stade de la ratification alors que ces anomalies y demeurent.

Les pressions sont très fortes sur la Wallonie pour qu'elle lève son opposition. Raison de plus pour féliciter chaudement son parlement et son ministre-président de la leçon qu'ils donnent aux "responsables" européens aux ordres de la finance.

Et la France indivisible s'agenouille pour nous sans consultation.

 

Tag(s) : #Économie, #Société

Partager cet article

Repost 0