Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Renoncement de Hollande : une dignité soulignée, mais guère partagée...

François Hollande a donc décidé de ne pas se représenter en 2017 et l'a publiquement annoncé hier. L'allocution tenait plus du constat d'impuissance à rassembler les siens que de l'analyse autocritique des causes. Alors, dignité ? De Gaulle avait constaté, lui, en 1969, qu'il n'avait plus la confiance suffisante du peuple, et avait simplement annoncé qu'il cessait d'exercer ses fonctions de président de la République. Et le lendemain du référendum perdu, à midi, il avait quitté l'Élysée

Différence de caractère, différence de stature, personne ne reprochera à Hollande de ne pas être De Gaulle. Et il n'y a pas eu de référendum.

Les amis socialistes de M. Hollande soulignent à l'envi la dignité de son annonce. Mais aucun semble-t-il n'a l'intention de l'imiter. Apparemment, le président a gouverné tout seul, sans le soutien des siens, Il est seul responsable de n'avoir pas tenu ses promesses, d'avoir négocié dans le secret des traités commerciaux dangereux pour l'emploi, la santé, d'avoir laissé l'évasion fiscale se confondre avec une institution, il a fait tout seul et approuvé tout seul une "réforme territoriale" contraire aux aspirations des citoyens, et décidé tout seul de ne pas les consulter, de renforcer les déséquilibres territoriaux au profit de l'Île-de-France, d'imposer la Loi Travail, etc. Qui le croit ? Personne !

Il joue donc le rôle de l'âne de la fable, celui qui porte seul le fardeau de la culpabilité. Un peu facile, non ?

Celles et ceux qui n'ont pas utilisé la voix que leur avait confiée le peuple pour arrêter les dérives devraient avoir la dignité de suivre son exemple.

 

Tag(s) : #Élections, #Politique, #Histoire

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :