Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'Île-de-France se nourrit de la centralisation; qui commence par celle des transports rapides

L'Île-de-France se nourrit de la centralisation; qui commence par celle des transports rapides

Ce 17 janvier 2018, le gouvernement français, tirant un trait sur cinquante ans de travail, de promesses solennelles et d'espoirs, a donc décidé d'abandonner le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, au terme d'un simulacre de médiation, auquel n'ont sans doute vraiment cru que celles et ceux qui n'ont pas encore compris comment fonctionne la France centralisée.

L'annonce tonitruante de l'envoi de renforts de police à Rennes et à Nantes ne signifiait évidemment pas que ce gouvernement craignait la réaction violente, en cas d'abandon, des citoyens favorables à ce projet. Non, il voulait faire croire encore quelques heures que la décision pouvait être favorable à leur avenir.

En choisissant l'abandon, une poignée de semaines après la mise en service de la LGV “Bretagne”, ce gouvernement hypocrite ne fait pas que cracher à la figure des citoyens qui se sont prononcés en 2016, des élus de pratiquement toute la Bretagne, des chefs d'entreprise qui espéraient améliorer enfin leurs liens avec leurs clients, fournisseurs et partenaires éloignés divers, en passant moins souvent et moins de temps à Paris, des exploitants agricoles qui ont accepté - moyennant certes indemnisation - de mettre leur terre à la disposition d'un projet collectif.

Non, ce Gouvernement - plus jacobin que jamais - a bien plus profondément satisfait les lobbies qui vivent de la centralisation, et pour lesquels tout petit pas vers une France multipolaire représente un danger pour leur taux de profit. Ces lobbies, bien représentés dans les gouvernements successifs, sont en effet responsables, directement ou indirectement, des retards pris dans la réalisation du projet, des tergiversations, de l'hostilité à peine camouflée des médias même locaux, de l'enkystement de la ZAD, Même les protestations localistes à courte vue de Vendéens ont été entendues, alors que les bénéfices de la diversification des destinations leur auraient aussi été bénéfiques... Ces protestations localistes allaient aussi dans le sens voulu par les lobbyistes franciliens.

Je ne suis pas indifférent aux projets de société des "zadistes" et de leurs amis, mais que vaut un projet bâti sur le bien d'autrui et l'avenir de gens non consultés ? Et n'ont-ils pas le sentiment d'avoir été instrumentalisés par les adversaires de ce projet comme de toutes les autres tentatives d'ouvrir à la Bretagne des accès à l'Europe et au monde non verrouillés par Paris ?

Et je constate que l'affaiblissement organique des solidarités bretonnes par le découpage régional n'est en rien compensé par des soutiens verbaux extérieurs, eux-même ruinés par l'intérêt limité porté aux projets qui comptent pour la Loire-Atlantique (on a peu entendu de Mayennais et de Sarthois, assez peu d'Angevins, mais beaucoup de Vendéens hostiles) !

La Bretagne mérite mieux que ces trahisons, les croche-pieds et ces appropriations abusives. Et mieux que ces élus qui s'indignent aujourd'hui mais ont inscrit leurs carrière dans le système politique centralisateur qui finance sans contrôle un Grand Paris jamais démocratiquement débattu.

La France de M. Macron n'est pas de cet avis ? Nous nous en souviendrons.

Tag(s) : #Centralisation, #Transports, #Histoire, #Écologie, #Territoires, #Emploi
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :