Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Grève de la faim MF 1991Rien n'est plus éprouvant qu'un rangement de bureau, surtout quand il se produit une ou deux fois tous les dix ans !

Le rangement en cours, nécessité par la réfection d'un placard, à fait ressurgir cette photo polaroïd prise pendant ma grève de la faim de mars 1991, dans les locaux du Cercle breton de Nantes à Ti Keltiek, rue Harrouys à Nantes.

J'étais élu municipal de Nantes depuis deux ans (représentant l'UDB avec Patrick Pellen), et j'avais répondu à l'appel de l'Association des Parents pour l'Enseignement du breton (APEEB, ancêtre du Div Yezh d'aujourd'hui), acceptant la présidence de l'association dans le département, qui militait alors pour la consolidation des heures facultatives éparses et précaires de breton dans les collèges publics du département. Après un recensement convaincant dans une vingtaine de collèges, il était apparu que nous pouvions nous battre pour que soient mises en place sur de vrais postes des heures de titulaires certifiés de breton dans un cartain nombre de ces collèges, un minimum de deux postes étant nécessaire pour répondre aux besoins les plus évidents. C'est sur cette base que ma grève de la faim avait été lancée, soutenue bien sûr par l'APEEB et par l'UDB, mais très rapidement par tout le milieu associatif et politique breton, mais aussi des associations de parents d'élèves, des syndicats, etc. A l'unanimité moins une voix, le conseil municipal de Nantes avait apporté son soutien aux objectifs de cette grève (plus qu'à la méthode) et Jean-Marc Ayrault, notamment, était intervenu à plusieurs reprises auprès de Lional Jospin (alors ministre de l'Éducation) et du Rectorat.

Je m'étais résolu à mettre fin à cette grève après 23 jours, ayant obtenu l'assurance de la création d'un premier poste dès la rentrée suivante. Une manifestation de 500 personnes avait accompagné l'annonce de cette victoire partielle. J'avais reçu chaque jour pendant toute la durée de la grève des soutiens et des visites militantes, amicales, et de journalistes.

Inutile de dire que cet épisode de ma vie militante reste très vivant. dans ma mémoire.

Beaucoup heureusement a été fait depuis, mais l'actualité de la rentrée 2013 démontre hélas qu'il reste encore beaucoup à faire. La Bête hostile aux peuples et cultures minoritaires se porte encore bien en France !

____________________

On peut reconnaître autour de moi, de gauche à droite sur la photo, Roland Moign, qui allait devenir le premier titulaire du poste créé, Michel Illiaquer, militant de l'UDB, debout, et à droite Jean-Claude Rozelier, du Cercle breton de Nantes. On voit sur la table au premier plan l'imprimante légère qui a assuré pendant toute la grève l'impression des communiqués, bulletins et autres courriers. Les soutiens nombreux et actifs qui se sont manifestés pendant ces semaines en ont assurément fait un acte militant enthousiaste, mais très organisé !

Tag(s) : #Langues

Partager cet article

Repost 0