Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Désendettement 2002-2012Lorsqu'on parle de fiscalité, les contribuables - que nous sommes tous - se sentent rarement caressés dans le sens du poil. Leurs sourires fleuriraient plus facilement si on annonçait des taux d'imposition plus bas et davantage de services, meilleurs encore de préférence !

Les choses sont évidemment un peu plus compliquées, notamment dans une ville de 43 500 habitants, éclatée en gros morceaux sur 30 km², avec des quartiers variés auxquels il faut assurer les services en question. Saint-Herblain occupe à cet égard et à quelques autres une place plutôt enviée dans l'agglomération1. Ce n'est pas par hasard ou simple effet de situation géographique que l'on y compte aujourd'hui presque autant d'emplois que d'habitants (des nouveaux-nés aux centenaires), bien que les Herblinois soient nombreux à travailler ailleurs. Une majorité d'emplois sont donc occupés par des habitants d'autres communes. Les entreprises auraient donc très bien pu s'installer ailleurs !

Les deux graphiques qui illustrent cette page peuvent justifier la confiance de nos concitoyens dans la qualité des finances communales. Celui du haut (cliquer dessus pour l'agrandir) montre que notre commune est très peu endettée : ses emprunts en cours aujourd'hui pourraient être remboursés en un an et demi, et cette durée théorique n'a pas cessé de diminuer depuis dix ans (ligne la plus sombre) , alors qu'elle est en moyenne autour de six ans dans les communes de même importance (ligne la plus claire).

Fiscalité SH et inflation 2007-2013 recCela veut dire que les ressources de la commune, notamment fiscales, financent sainement ses investissements et ne sont pas excessivement affectées par ses coûts de fonctionnement.

Le graphique du bas1 montre que l'effort fiscal courageux décidé en 2008-2009, en anticipant légèrement l'inflation, a permis cette poursuite du désendettement et un niveau soutenu d'investissement, tout en respectant, en fin de course, la volonté de contenir la pression fiscale dans les limites de l'inflation.

Un choix moins courageux aurait sans doute permis de voter année après année des taux plus réduits mais qui, s'appliquant chacun à une pression fiscale déjà augmentée, auraient dépassé en fin de période le niveau de progression retenu et voté en 2008-2009, ou auraient nécessité de renoncer à une partie des investissements reconnus nécessaires.

Le non-recours à l'emprunt n'est cependant pas un dogme. Le financement d'un investissement destiné à produire des effets sur une longue période peut justifier d'en reporter une partie du coût sur les contribuables du futur qui en bénéficieront.

Il reste intéressant dans ce cas de partir d'une situation saine, qui permet d'emprunter sans avoir le couteau sous la gorge, ce qui atténue la dette à venir et les frais correspondants.

On peut noter à cet égard que la dette moyenne par habitant de la commune est actuellement de 446 €, à comparer aux 1 066 € de de la dette moyenne par habitant des communes de même importance. Corrélativement, le niveau des frais financiers liés aux emprunts en cours de Saint-Herblain est de 15 € par habitant au lieu de 40 € en moyenne pour les communes comparables.

Chacune et chacun de nous pourra en savoir davantage, et poser éventuellement ses questions, à l'occasion des présentations du budget 2013 qui seront faites par Bertrand Affilé dans les quartiers au cours des deux mois à venir.  J'essaierai de penser à publier le calendrier de ces réunions...

____________________

(1) - A lire ainsi ; pour 100 € d'impôts communaux perçus en 2007, il est perçu 109,9 € en 2013.

Tag(s) : #Finances locales

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :