Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dès le premier jour de sa publication, cet article est arrivé au premier rang des articles des sept jours écoulés pour le nombre de consultations. Les cartes sont tirées du site suivant : http://territoires2040.datar.gouv.fr/spip.php?article213, les commentaires sont bien sûr personnels.

 

Evolution densité France 1999-2006Il n'est pas rare d'entendre imputer à la "métropolisation" autour de Nantes et Rennes l'apparition d'une fracture démographique et économique entre la Basse et la Haute Bretagne.

Il y aurait d'abord un débat à ouvrir sur la notion même de "métropolisation", qui identifie sous un même vocable des situations aussi différentes que celles de Paris et de Nantes, pour retenir ce qui nous est le plus proche. Paris qui peut accèder dix à vingt fois par jour en moins de trois heures à la plus grande grande partie du territoire français, et qui détient le quasi-monopole des pouvoirs de décision et des moyens correspondants, Nantes qui ne comptait il y a peu avec Brest aucune liaison ferroviaire de moins de quatre heures, et seulement deux de moins de quatre heures trente, et ne dispose d'aucun statut lui permettant d'influer sur les décisions intéressant, par exemple, le Finistère. La formidable poussée donnée à la "centralisation durable" par les projets du Grand Paris en apporte hélas une confirmation écrasante.

Utiliser le même mot pour qualifier des situations aussi différentes n'est pas de nature à clarifier beaucoup les analyses et les choix ! Les cartes ci-dessus feront sans doute davantage pour cette clarté.

Celle du haut montre que de 1999 à 2006, la dépopulation du centre-ouest breton s'est poursuivie dans le prolongement de la dépopulation rurale qui a affecté depuis le milieu du XIXème siècle l'ensemble des territoires ruraux et, plus que les autres, ceux qui ne bénéficiaient pas de la proximité de zones urbaines. La même carte montre justement que les zones - même rurales - qui bénéficiaient alors ou ont bénéficié depuis de cette proximité urbaine - fût-ce du fait de conditions de transport favorables - ont gardé ou retrouvé un solde naturel positif. Les zones côtières ou desservies par un maillage favorable de voies de communication (fleuves, routes), comme les zones proches d'un grand pôle urbain (Paris, Lyon...), sont clairement porteuses aujourd'hui d'une forte vitalité démographique.

La carte du bas, au contraire, montre que le centre-ouest breton ne souffre pas globalement d'un déficit migratoire comme plusieurs régions du nord-est français. Sans doute reçoit-il peu de jeunes, mais il n'en naît plus assez sur son sol pour nourrir un fort mouvement dans l'autre sens.
La Haute Bretagne, elle, conforte son accroissement naturel par un solde migratoire également positif, et dont on sait par ailleurs qu'il ne comporte pas que des retraités, mais aussi des actifs. C'est notamment le cas en Loire-Atlantique des actifs aisés (cadres, professions libérales) qui tendent à s'installer de préférence dans les parties nord et ouest de la couronne nantaise.

La Bretagne intérieure péninsulaire souffre donc aujourd'hui  non pas de décisions contemporaines ou récentes d'aménagement, donc d'une "métropolisation" fort mal nommée, mais toujours des effets de la saignée qui lui a ôté en un siècle un million de jeunes emportés par les trains centralisés hors des villes et des bourgs de leur région, villes et bourgs qui auraient pu les accueillir. Ce que le centre-ouest breton a payé par l'émigration, les villes bretonnes l'ont payé par une croissance beaucoup plus faible que leurs homologues européennes. La Bretagne y a perdu deux fois.

Raisonner comme si la Bretagne était un univers clos au sein duquel ce qui manque aux uns a nécessairement été pris par les autres a pour principal effet de gommer cette responsabilité majeure de la centralisation et donc de faire obstacle à sa mise en cause.

Réfléchissons-y à deux fois avant de nous tromper ainsi d'adversaires.

 

Tag(s) : #Démographie
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :