Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les articles de ce blog consacrés à l'écotaxe ont reçu ensemble en sept jours 780 visites d'internautes.

 

Présenter les itinéraires soumis à l'écotaxe, c'est bien, mais se faire une idée du volume des trafics concernés, c'est encore mieux. La carte publiée ci-dessous permet de s'en faire une idée. C'est un extrait d'une carte de France des trafics de 2006 qu'on pourra visualiser en cliquanf sur le lien souligné.

 

Trafic PL 2006 Ouest

Sur cette carte, l'épaisseur des traits de couleur est proportionnelle aux trafics moyens quotidiens de poids lourds sur les itinéraires surlignés. En rouge, il s'agit de routes, en bleu il s'agit d'autoroutes. Ces trafics ont été mesurés (comptages routiers ou statistiques de péages) en 2006. Les tracés en rouge ne sont pas exactement ceux des routes écotaxées (ex : la RN 164 n'est pas soumise à l'écotaxe, des allègements sont consentis dans quatre des départements bretons, mais aussi dans deux régions du Sud-Ouest).

Ces précisions conservent pour l'essentiel  son intérêt à la carte.

Le trafic poids lourds des principales routes bretonnes taxables est le plus souvent de l'ordre de 2 à 5000 véhicules par jour (cumul des deux sens). Les ordres de grandeur sont donc comparables à ceux des autoroutes qui desservent la Bretagne à partir ou à destination de Rennes ou de Nantes. C'est déjà notable, et révélateur d'un joli potentiel de taxe.

Ce qui est plus notable encore, c'est l'étonnante diminution du trafic une fois passées les "frontières" de la Bretagne (ou il y a une erreur ou une discontinuité de comptage quelque part, ou il doit être possible d'expliquer cette chute (à l'est de Vitré, au sud-est du vignoble nantais, notamment).

En toute hypothèse, la carte met en évidence l'importance du trafic "poids lourds" sur les routes bretonnes. Ce qui confirme l'importance du Plan routier arraché de haute lutte par la Bretagne dans les années soixante et le besoin de liaisons ferroviaires internes ou externes moins dérisoires qu'aujourd'hui.

Besoin de liaisons externes aussi : la carte de France montre que les transversales routières importantes pour les liaisons de la Bretagne avec plusieurs régions ou pays de l'est et du sud sont inexistantes ou ...écotaxées (Alsace - Rhénanie, Suisse - Italie du Nord, Pays basque, Espagne, Portugal), contrairement aux axes nord-sud vers Toulouse et le couloir Rhône - Méditerranée.

Que l'écotaxe - selon les produits et les marchés - soit payée par les producteurs ou les transporteurs bretons, par leurs clients ou par leurs fournisseurs, elle vient très inopportunément renforcer des distorsions de concurrence déjà énormes, qui nuisent à l'économie bretonne et donc à l'emploi, sans permettre chez nous de choix plus "écologique" que la route.

 

Tag(s) : #Transports

Partager cet article

Repost 0