Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SERNE PierreLe STIF, c'est le Syndicat des Transports d'Île-de-France, qui réunit la région Île-de-France, Paris et les départements de la région. Alimenté principalement par le Versement transports lié aux emplois salariés de la région et par des contributions publiques (289 millions de crédits d'État - combien pour la TAN ?), il est responsable de la gestion des transports dans la région.

Le STIF est présidé par le président du Conseil régional d'Île-de-France, le plus souvent représenté par le vice-président régional en charge des transports, actuellement Pierre Serne (photo de gauche).

PLACE-Jean-Vincent-2.jpgPierre Serne a succédé dans cette double fonction à Jean-Vincent Placé (photo de droite), dit PVJ (PV jamais, pour 133 "négligences" de paiement).

On aurait du mal à trouver deux élus et militants plus au fait des problèmes du transport en France, et on aurait pu attendre d'eux une analyse approfondie des effets de la centralisation de ces transports que sont la concentration des activités, des emplois et des richesses. Les fonctions de responsable que Pierre Serne exerçait encore il y a peu à la commission EELV Transports et Territoires ne pouvaienent qu'aviver les attentes.

Las ! documents de travail des élus EELV d'Île-de-France ne connaissent tout simplement pas le mot "centralisation", et on perdrait donc son temps à chercher ce qu'ils en pensent et les remèdes qu'ils y proposent.
Dans la liste des orientations tendant à encadrer le transport aérien, rien ! Sinon en gras : "opposition à la construction de l'aéroport de N.-D. des Landes". A Roissy, tout est bon !

Dans l'agenda militant proposé aux élus EELV d'Île-de-France, rien sur la centralisation non plus, Rien sur les aéroports parisiens en extension constante depuis 40 et 50 ans ! Mais entre le 1er avril et le 5 juillet prochains, pas moins de trois dates pour exprimer sa solidarité contre la construction de N.-D. des Landes !

Comme on n'identifie pas la centralisation comme cause majeure de la croissance de l'Île-de-France au détriment du reste de la France, on ne s'est pas demandé, lorsqu'elle était encore ministre, pour qui le ministère de Cécile Duflot voulait construire 2 nouveaux millions de logements aux portes de Paris, d'où viendraient ces nouveaux venus, et s'il n'y avait pas un lien entre la précarité de l'emploi chez nous et le remplissage des nouveaux logements envisagés en Île-de-France ?

Est-ce l'assoupissement, dans les boiseries cossues , de la recherche des vrais problèmes et des vraies solutions, qui débouche aujourd'hui sur la condamnation rituelle d'un pourtantt modeste aéroport breton ? Sans bilan de la centralisation, comment comprendre un équipement qui pourrait rapatrier en trente ans peut-être la moitié des embarquements directs qui en sont actuellement détournés par les dizaines de milliers de navettes organisées vers Paris (20 000 navettes aériennes annuelles entre les aéroports bretons et les parisiens !), et sauver chez nous une partie des emplois prévus par les textes dans les sept nouveaux pôles de développement qui jouxteront demain les deux millions de nouveaux logements dont nous venons de parler ?...
Les citoyens seront-ils un jour invités à donner leur avis sur ce bilan de la centralisation, sur le rôle qu'ils attendent de la capitale et de sa région, sur l'intérêt pour eux tous d'un Paris lumière du monde qu'ils perçoivent plutôt jour après jour - comme leurs collectivités étranglées - comme le Grand Extincteur national ?


Tag(s) : #Inégalités

Partager cet article

Repost 0