Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Train FranceDevançons la critique : plus que l'exactitude du chiffre, cet article vise à mettre le doigt sur un vrai problème français, soigneusement tenu à l'écart de la réflexion politique, économique, écologique, etc.

Les Français ont parcouru ensemble 94 milliards de km en train en 2011, soit 1 396 km chacun. Les Espagnols se sont contentés de 564, les Allemands de 954. Je retiens l'Allemagne, dont la population, le réseau ferré, le mode de vie sont les plus proches.

Chaque Français moyen (du bébé à la centenaire) a donc parcouru en train 442 km de plus qu'un Allemand moyen (46 % de plus !). Et, ensemble, les Français ont consommé 28 milliards de km de plus qu'autant d'Allemands. Cela mérite d'autant plus réflexion que tous les Français ne prennent pas le train : il s'en faut même de beaucoup. Tous les Allemands non plus.

Ceux qui sont toutes les semaines dans le train, et qui font la masse des passagers transportés, ce sont les commerciaux, les fonctionnaires, les élus, qu'on reconnaît à leurs ordinateurs, leurs dossiers, leurs journaux... Et quand ils prennent le train à la gare de Nantes, c'est rarement pour Poitiers,  Saint-Brieuc ou Moulins. Ils vont à Paris. Comme je l'ai fait pendant quinze ans. Et sont aussi dans le train un certain nombre de ceux qui vont prendre l'avion à Paris (un plein TGV par jour est un ordre de grandeur défendable).

Les commerciaux, fonctionnaires et élus allemands, eux, ne prennent pas une ou deux fois par semaine le train pour Berlin. Ils se déplacent au pire dans leur capitale régionale, voire sub-régionale, où sont traitées beaucoup plus souvent qu'en France les affaires qui justifient leur déplacement. Et les Allemands qui prennent l'avion ont généralement un aéroport à moins de 400 km !

Même si, naturellement, ce discours demande a être nuancé et approfondi, c'est donc à sa centralisation que la France doit l'essentiel de sa surconsommation de transport ferroviaire.

Des contre-exemples ?

Ils existent. Le record français était largement battu en Russie à la fin des années 1980 : 1 839 km par an et par Russe. Train RussieLà non plus, tout le monde ne prenait pas le train chaque année. Mais la centralisation y était encore plus forte qu'aujourd'hui. Le volume du transport ferroviaire des personnes y décline fortement depuis vingt ans, comme il décline en Ukraine ou en Pologne, pour les mêmes raisons.

Le problème de la surconsommation ferroviaire est aggravé en France par le fait que la réseau en étoile renvoie vers la route ou l'avion le trafic transversal mal assuré par le train. Et, pour ce qui est de la route, c'est le cas de presque tout le transport de marchandises, exclu pour l'essentiel du transport ferroviaire par le modèle français, alors qu'il croît régulièrement en Allemagne.

Et pendant ce temps-là, l'écologie politique française se bat à contre-emploi contre la décentralisation du transport aérien, dont le premier résultat serait pourtant - avec la réduction des pré et post-acheminements - de faire reculer à la fois la part de ce mode de transport et celle du transport ferroviaire centralisé ! L'idéal, quoi.

Comment expliquer cela ? Par l'exception écologique française , peut-être...

____________________

Les chiffres sont extraits des données de la Banque Mondiale, publiées sur le site Perspective Monde de l'université canadienne de Sherbrooke.

Tag(s) : #Transports

Partager cet article

Repost 0