Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Trafic 2011 aéroports bretons 14-15Les premières images des grévistes de la faim hostiles à l'aéroport de N.-D.-des-Landes mettaient en évidence derrière eux deux affiches complémentaires expliquant qu'il y a déjà quatorze aéroports dans les régions de Bretagne et des Pays de la Loire et qu'un quinzième était donc inutile.

Pour apprécier la pertinence du raisonnement, on peut se référer à la carte ci-jointe (publiée en janvier par Le Télégramme), qui montre huit aéroports bretons, et faire les constats et compléments suivants :

     . Nantes est compris dans les quatorze aéroports et son trafic de passagers sera intégralement inclus dans celui du nouvel aéroport. Même si le trafic technique d'Airbus est poursuivi quelques années sur une partie des installations, il est actuellement composé de deux mouvements hebdomadaires du gros porteur Béluga... Le compter dans ceux qui rendent NDdL inutile pose question !

     . Saint-Nazaire, qui n'est pas représenté sur la carte, a néanmoins transporté 17 000 passagers en 2011. Il ne s'agit pas non plus de vols commerciaux, mais encore d'un trafic technique avec Toulouse lié à Airbus...

     . Morlaix, qui n'apparaît pas sur la carte, est aujourd'hui la base technique de BritAir, filiale d'Air France. Le nouvel aéroport ne lui fait ni chaud ni froid.

     . Ouessant apparaît lui sur la carte avec ses 5 418 passagers. C'est un trafic qui pallie certains inconvénients liés à l'insularité du site et totalement hors du sujet NDdL.

     . Saint-Brieuc, dont le trafic essentiellement orienté vers Paris a été phagocyté par le TGV n'a aujourd'hui qu'une activité anecdotique qui, comme à Vannes, est liée essentiellement au transports de footballeurs et de supporters !

     . Dinard - dont le trafic n'est pas anecdotique - est malgré tout une base technique pour RyanAir et dessert trois sites britanniques intéressant ce transporteur et le site anglo-normand de Guernesey. NDdL le concerne peu.

     . Le trafic de Lannion ayant Paris comme destination finale sera sans doute fortement affecté à terme par la mise en service de la LGV sur Paris - Brest.

     . Angers-Marcé, ouvert en 1998 pour remplacer le terrain d'Avrillé avec un objectif modeste de 50 000 passagers annuels, a encore beaucoup peiné en 2011 pour en compter ...5 300. Sans gare TGV, et même avec, il n'est sans doute pas près de jouer un rôle significatif.

     . On oublie généralement Le Mans - Arnage, qui a vu passer 12 000 passagers l'an dernier, mais joue clairement la carte du rabattage vers Paris.

     . Faut-il alors parler  d'Ancenis ? de Belle-Île ? de l'Île d'Yeu ? d'Escoublac (La Baule) ?On va bientôt dépasser les quatorze, sans plus de signification.

Car il est clair après cette petite revue que l'argument de l'inutile "quinzième" aéroport n'est guère autre chose qu'une gentille facilité un peu démagogique...

C'est, avec Nantes, de Rennes, Brest, Quimper, Lorient qu'il faut parler, et notamment de la nature de leur trafic, ce qui a déjà été fait sous divers angles dans ce blog et mérite évidemment une tout autre approche.  La question est : comment réduire les 20 000 vols annuels entre ces aéroports et les aéroports parisiens augmentés des 1 000 à 2 000 équivalents-TGV  qui s'y ajoutent pour faire tourner eux aussi les plateformes parisiennes... Et la réponse principale - depuis le début - est dans le regroupement local de la demande correspondante.

Tag(s) : #Transports

Partager cet article

Repost 0