Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PIB départementaux 2005a

On mesure trop souvent les disparités territoriales par les écarts de salaires, notamment entre la moyenne de la région parisienne et la moyenne des salaires français. C'est une approche qui minimise considérablement les disparités réelles.

La carte ci-dessus - que je n'ai pu établir que pour 2005 - prend en compte l'ensemble des revenus correspondant à la valeur ajoutée par ceux qui travaillent - salariés ou non - ou à leur consommation (pour simplifier et ne pas s'attarder sur les limites). C'est ce qu'on appelle le produit intérieur brut (PIB). Divisé par la population d'un département, le PIB de ce département est le produit intérieur brut par habitant de ce département.

Première surprise : les écarts ne sont plus de l'ordre de 40 % : les PIB départementaux par habitant s'étalent en 2005 de18 500 € (Creuse ou Haute-Corse) à 75 450 € (Paris), soit du simple à plus du quadruple !

Deuxième surprise : les PIB par habitant de Paris et des Hauts-de-Seine (en rouge) se côtoient dans une tranche supérieure qu'il m'a fallu créer uniquement pour eux... Aux troisième et quatrième rangs, le Rhône et les Yvelines (en rose) n'arrivent pas à la moitié du PIB des deux premiers !

Ensuite, la descente se poursuit, sans grosses discontinuités : 92 départements s'étagent entre 30 000 et 18 000 € de PIB par habitant.

Entrent en compte dans ce PIB toutes les catégories de revenus : outre les salaires, on y trouve donc les revenus du capital (dividendes, strocks options, intérêts...), ceux des professions libérales, des activités commerciales, des artistes, etc.

Leur poids global est assurément pour beaucoup dans l'ampleur des écarts.
Des écarts d'autant plus considérable que, dans une famille, le PIB par habitant s'applique quel que soit les âges et la situation et doit être multiplié par le nombre de personnes, alors que le salaire moyen, quand il est pris comme mesure, n'est à multiplier que par le nombre de salariés de la famille...

Les chiffres pour 2010 devraient être publiés par l'INSEE en 2013..., mais cette première approche est singulièrement éclairante sur les réalités françaises1 et bretonnes2.

____________________

(1) - surtout si on se rappelle que revenus non salariaux sont beaucoup moins nombreux que les revenus salariaux et que les disparités sont beaucoup plus importantes en leur sein.

(2) - Le PIB breton par habitant s'établit en 2005 à 25 145 €. Les PIB départementaux par habitant sont, dans l'ordre décroissant : 27 788 € pour l'Ille-et-Vilaine, 27 310 € pour la Loire-Atlantique, 24 094 € pour le Finistère, 22 283 € pour le Morbihan et 21 179 € pour les Côtes-d'Armor. Là, les surprises sont limitées.

__________________________

Sources : Chiffres calculés tous les cinq ans par l'INSEE, ici reproduits via l'encyclopédie en ligne Wikipédia.

 

Tag(s) : #Economie

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :