Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

On peut faire de l'aéroport de N.-D.-des-Landes le symbole de beaucoup de choses, il reste peu probable que sa construction ou non ait un effet notable sur l'avenir du capitalisme ou des terres agricoles.

Délaissant donc momentanément les discours enflammés sur le sujet, penchons-nous un instant sur une de ses dimensions parmi les plus méconnues : la dimension sociologique,

Les paysans, le bocage ? D'accord, mais leur importance ne suffit pas à caractériser la société qui vit dans le secteur, disons dans les quatre communes directement concernées par l'implantation1 et celles qui leur sont immédiatement voisines2.

Commençons par les revenus, dans la foulée des quelques articles récemment consacrés dans ce blog à ce paramètre non négligeable de notre vivre-ensemble.

La carte ci-dessous permet de comprendre immédiatement que ces quatorze communes ne forment pas un ensemble homogène, ni même les seules quatre communes directement concernées par la construction,

 

NDDL-1-2brevenus

Sans chercher midi à quatorze heures, on y trouve :

     . en jaune, deux communes dont le revenu fiscal moyen par habitant est inférieur au revenu moyen français (1609 €), lui-même inférieur au revenu moyen de la Loire-Atlantique(1650 €).

     . en vert, deux autres commues seulement dont le revenu moyen est compris entre les revenus moyens en France et en Loire-Atlantique, dont la commune de N.-D.-des-Landes.

     . En bleu clair, quatre communes dont les habitants ont un revenu moyen supérieur au revenu moyen départemental mais inférieur à ce revenu majoté de 15 % (soit à 1897 €).

     . En bleu foncé, six communes dont les habitants ont un revenu moyen supérieur de 15 % ou plus au revenu moyen du département (soit supérieur à 1897 €).

La différence de ces moyennes par personne n'est pas énorme, mais l'écart entre les moyennes des 10 % des plus gros revenus de chaque commune, cela commence à faire beaucoup : 2540 € à Blain et 4224 €  à Sautron.

Or, ce sont ces revenus-là qui font, par exemple, pression sur les prix de l'immobilier, et indirectement sur ceux des terrains à bâtir, ou susceptibles de le devenir, ou qui orientent à terme l'orientation des conseils municipaux...

Il est clair en tout cas que, parmi les espaces entre lesquels se trouvent les pistes prévues à N.-D.-des-Landes, il y a, au nord - nord-ouest un espace encore relativement caractérisé par l'activité agricole et plus proche de ses niveaux de revenu que l'espace sud - sud-est, davantage caractérisé par un usage plus "bourgeois" de la terre, où les exploitations ont souvent laissé la place à des parcelles d'agrément de bonne taille, associées à des revenus plus confortables.

On peut superposer la trame territoriale élargie de NDdL (en adaptant ses couleurs) à celle de la répartition des revenus dans le département, pour mieux situer le profil local :

  Superposition revenus 140112

 

 

On peut également compléter cette approche par la superposition de cette même trame territoriale à la carte départementale de répartition des professions dominantes des nouveaux arrivants en Loire-Atlantique :

    Superposition CSP arrivants 12-01-14

En bleu (revenus parmi les plus élevés du département), deux des quatre communes d'implantation (trame intérieure) et quatre autres communes de la trame large soulignent fortement la ligne de partage sociologique des préférences d'occupation par catégorien socop-professionnelle.

Sans qu'il soit utile d'en tirer de ce type d'informations des enseignements péremptoires sur l'opportunité ou non de la construction, il est néanmoins certain qu'elles accréditent l'idée d'une pression foncière sur le secteur, tendant à substituer l'occupation de plaisance du sol à l'occupation agricole.

Cette évolution est confirmée par la carte départementale des constructions neuves entre 1990 et 2008. Le nombre absolu de ces constructions pour chaque commune est relativement limité, mais leur repartition au-delà même de la zone évoquée dans cet article est révélatrice.

N'oublions pas toutefois qu'en 2008 notre département devait loger environ 200 000 habitants de plus qu'en 1990, dont la moitié nés sur place.

Superposition constructions1990-2008 140112

La répartition des revenus et des professions sur le territoire, sans être un déterminant absolu, n'est en tout cas pas une donnée neutre du dossier et des réactions qu'il provoque.

Tag(s) : #Société

Partager cet article

Repost 0