Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Enquête ITA 2001, pour la France.

Enquête ITA 2001, pour la France.

L'incidence d'un trafic aérien sur l'emploi local est un des nombreux sujets de polémiques à propos du projet de Notre-Dame-des-Landes. Le but de cet article n'est pas d'apporter une réponse sans nuance, mais de contribuer à éclairer cet aspect du débat, en grande partie indépendant du site concerné. C'est une contribution initiale, sur laquelle je pense devoir revenir pour la compléter et si nécessaire la corriger.

L'emploi généré par le trafic aérien n'est pas seulement l'emploi directement lié à l'existence de l'aéroport et de ses annexes.

En changeant de domaine, l'emploi généré par le trafic ferroviaire n'est pas davantage celui qui, techniquement, permet à la gare de gérer l'arrivée et le départ des trains, l'accueil des usagers et leur orientation à l'intérieur de l'équipement.

Il suffirait de fermer une gare pour situer son intérêt à un autre niveau.

L'impact d'un aéroport peut s'analyser de la même matière.

Le rapport sénatorial du 19 novembre 20151 sur la concurrence dans le transport aérien, reprenant un rapport de l'ACI2, évoque quatre natures d'emplois liés à l'existence d'un aéroport : 

     . les emplois directs, en relation avec les voyageurs,

     . les emplois indirects, liés au fonctionnement de l'aéroport, hors relation avec les voyageurs,

    . les emplois induits, liés aux dépenses effectuées par les personnes occupant un emploi direct ou indirect,

     . les emplois diffus, sans rapport direct avec les transports aériens, mais qui n'auraient pas pu exister ou avoir la même ampleur en leur absence.

Pour les seuls 28 pays de l'Union Européenne, l'ACI estime qu'en 2013, 3 260 000 emplois directs, indirects ou induits étaient liés aux aéroports, et que 5 700 000 autres relevaient de l'emploi diffus généré par leur existence.

Les rapporteurs ne manquent pas de souligner les variations d'impact local qui tiennent à la variété des contextes.

A titre pour l'instant personnel, je range les motifs des déplacements aériens parmi les facteurs influant le plus sur la création ou non d'emplois diffus. Les motifs familiaux (aller voir un parent, revenir voir sa famille) seraient à mon sens parmi les facteurs les moins générateurs d'emploi, et les motifs professionnels parmi les plus générateurs (déplacements liés à la visite de clients, de fournisseurs, de formateurs, de revendeurs ou autres partenaires industriels, commerciaux ou de services...). Entre les deux, en nombre mais pas forcément en fréquence individuelle, on peut sans doute situer les motifs touristiques dans leurs différentes formules, qui peuvent être génératrices d'emplois principalement dans leur secteur et dans celui de l'hébergement et de la restauration, pour ces derniers secteurs surtout dans les pays de destination.

On peut comprendre qu'à l'inverse, les chances de création d'emplois diffus sont lourdement obérées par l'allongement des temps de transport résultant de l'obligation de transiter par un hub comme ceux de Roissy ou Orly. Comme on les sait déjà obérées par la priorité d'accès rapide donnée à l'Île-de-France, priorité qui conduit par exemple à y concentrer les sièges sociaux et les services centraux et communs des entreprises, ce qui au passage facilite la délocalisation des sites de production.

En ce qui concerne les seuls emplois directs, indirects et induits, le rapport sénatorial - en suivant le même rapport de l'ACI - évalue à entre 85 et 120 emplois le nombre des emplois générés par une augmentation de trafic de 100 000 passagers, le plus fort taux correspondant à des aéroports de moins d'un million de passagers (dès la création, un certain niveau de service doit être assuré), le taux baissant avec l'importance du trafic, sans descendre au-dessous de 85 nouveaux emplois par tranche de 100 000 nouveaux passagers. ILes emplois nouveaux liés à un trafic low-cost seraient inférieurs de 20 % à ces taux indicatifs.

____________________

(1) - Rédigé notamment par MM. Bizet et Bocquet.

(2) - Conseil International des Aéroports (Airports Council International).

Tag(s) : #Transports, #Aménagement, #Emploi, #Centralisation

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :