Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

David Samzun, maire de Saint-Nazaire depuis mars 2014. Photo d'origine empruntée au blog de soutien "Avec David Samzun", recadrée et enrichie..

David Samzun, maire de Saint-Nazaire depuis mars 2014. Photo d'origine empruntée au blog de soutien "Avec David Samzun", recadrée et enrichie..

"Serions-nous plus heureux si nos ancêtres, gens de Loire, avaient interdit à leurs voisins de Basse-Bretagne de venir travailler au sein de la construction navale ? Serions-nous dans une meilleure situation si nos parents et grands-parents avaient mené la guerre aux ouvriers polonais, italiens, maghrébins qui sont venus renforcer la puissance de notre bassin industriel ?"

A la fin du conseil municipal du 30 janvier, David Samzun, successeur de Joël Batteux à la mairie de Saint-Nazaire, a gratifié l'assemblée et le public d'un étonnant numéro d'Histoire-fiction, dont l'extrait ci-dessus, s'il n'est pas le plus agressif, est peut-être le plus révélateur.

Passons sur "nos ancêtres, gens de Loire", expression qui, pour nombre de ses amis, les distingue des "Bretons", comme si les habitants des deux rives de l'estuaire ne l'étaient pas depuis ...846 (traité entre Nominoë et Charles le Chauve). Excusez du peu. Et, pour Saint-Nazaire et sa région, ce n'était déjà pas une nouveauté, tant s'en faut !

Beaucoup plus inquiétant est le questionnement historico-économique au conditionnel dans lequel s'inscrit cette incidente. Chacun peut lire comme moi : "Serions-nous plus heureux si...".

Quand on appelle l'Histoire au secours, ne vaut-il pas mieux s'en tenir aux faits ? Alors, revenons-y :

Monsieur Samzun, cher David, je te regarde dans les yeux : est-ce que - oui ou non ? - les ancêtres des Nazairiens ont, un jour, "interdit à leurs voisins de Basse-Bretagne de venir travailler dans la construction navale" ?  Est-ce que - oui ou non ? - leurs parents et grands-parents ont, comme tu dis, "mené la guerre aux ouvriers polonais, italiens maghrébins venus renforcer notre bassin industriel ?".

A ces deux questions, la réponse est unique : c'est non. Et tu la connais comme tous les Nazairiens, Couéronnais, Indrais et autres. Alors maintenant, ce sont les Nazairiens et tous les autres Bretons de Loire-Atlantique (où qu'ils soient nés) qui te posent en retour cette question au présent : pourquoi utilises-tu ce procédé de basse propagande pour accréditer l'idée - soyons clairs - que se battre pour la reconnaissance de l'identité bretonne de Saint-Nazaire et de la Loire-Atlantique est un combat de renfermement et d'exclusion ?

En 1991, j'ai fait 23 jours de grève de la faim pour obtenir la création du premier poste de professeur certifié de breton en Loire-Atlantique. Cette grève avait été précédée dans une trentaine de collèges publics du département d'une enquête de l'Association des Parents d'Élèves pour l'Enseignement du Breton (APEEB, dont j'étais alors président pour la Loire-Atlantique). Plus de six cents demandes avaient été collectées. Dans le collège public de Couëron, dix-neuf familles avaient demandé la mise en place des cours facultatifs correspondants. Et sur ces dix-neuf familles, dix avaient un nom à consonance polonaise. Le renfermement identitaire sur lequel tu affectes, comme tes chefs de file, de fonder ton refus de l'identité bretonne se traduit au contraire, dans les faits, par l'attrait de notre identité bretonne sur les familles venues d'ailleurs. Pas seulement polonaises (voir photos en fin d'article).

La France uniforme, centripète et repliée sur son identité minimale que tu défends en réalité n'a rien à voir avec celle de 1789.

C'est celle de 1491. Celle de la bataille de Saint-Aubin-du-Cormier, prélude au mariage forcé d'une fille de 14 ans au roi de France, dans la quasi-forteresse de Langeais (photo en fin d'article), pour la seule raison qu'elle est l'héritière du duché souverain de Bretagne ! "Décider à la place de..." : Déjà...

Tes spéculations historiques sans rapport avec la réalité trouvent ainsi toute leur place à côté du refus opposé par ton ami Grosvalet à la consultation de la population de Loire-Atlantique sur son appartenance régionale "parce qu'il connaît la réponse" et que "les gens ne comprennent pas les enjeux..:"

Voilà donc où en est encore le parti "socialiste", dans son pénible parcours de reconnaissance des droits des minorités, un domaine où le "pays des droits de l'homme" figure en effet parmi les derniers d'Europe à ne pas avoir ratifié la Convention-cadre européenne pour la protection des minorités nationales...

Réalisez-vous que le mot qui qualifie le mieux cette attitude d'un autre âge est "nationaliste" ?

Des Charlie, ces prédateurs franchouillards ?

Non, des charlots !

 

Extraits de l'algarade de D. Samzun :

 

"Au nom de cette histoire nationale, mais aussi d’épisodes récents des mois passés qui ont vu la violence reprendre le pas sur le débat démocratique, je dénonce toutes les forces politiques qui mettent en péril ce vivre ensemble. Je dénonce toutes celles et ceux qui cherchent à monter les uns contre les autres au nom d’identités prétendument pures et devant être préservées. Je m’inscris dans un idéal national où chacun est libre de ses modes de vie et de mariage. Je m’inscris dans l’idéal d’une Nation en mouvement, riche de tous ses apports. Je plaide pour la reconnaissance sereine de ce que toutes les migrations ont apporté à notre pays, à notre ville. Serions-nous plus heureux si nos ancêtres, gens de Loire, avaient interdit à leurs voisins de Basse Bretagne de venir travailler au sein de la construction navale ? Serions-nous dans une meilleure situation si nos parents et grands-parents avaient mené la guerre aux ouvriers polonais, italiens, maghrébins qui sont venus renforcer la puissance de notre bassin industriel ?

.....

De fait, les adversaires de cet idéal national ne manquent pas. L’extrême droite française héritière des ligues factieuses et antirépublicaines des années 30, les intégristes religieux de tous bords, les zadistes dont certains usent de moyens illégaux en bloquant des routes et agressant des salariés ou des riverains, les régionalistes adeptes de la lutte armée et j’en oublie beaucoup d’autres......
Leurs vitrines politiques changent, leurs méthodes jamais : attiser les conflits, cibler des boucs émissaires, considérer être seul détenteur de la vérité au mépris du débat démocratique, vouloir en revenir à un passé idéalisé, imposer le repli sur soi et l’exclusion comme réponses magiques à toutes les difficultés. "
Château de Langeais - C'est dans cette gaie forteresse à peine adoucie par quelques ouvertures "modernes" que la très jeune Anne de Bretagne (14 ans) fut "mariée" sans faste et loin de siens au roi de France Charles VIII en 1492. Cette année-là, Christophe Colomb pouvait donc "découvrir" l'Amérique et la France poursuivre au plus haut niveau, par un mariage forcé, sa politique d'annexion de la Bretagne.

Château de Langeais - C'est dans cette gaie forteresse à peine adoucie par quelques ouvertures "modernes" que la très jeune Anne de Bretagne (14 ans) fut "mariée" sans faste et loin de siens au roi de France Charles VIII en 1492. Cette année-là, Christophe Colomb pouvait donc "découvrir" l'Amérique et la France poursuivre au plus haut niveau, par un mariage forcé, sa politique d'annexion de la Bretagne.

Photos ci-dessus, de gauche à droite et de haut en bas : 1.Le Berbère Ahmed, qui enseigne le breton, est félicité et récompensé par Léna Louarn, vice-présidente du Conseil régional de Bretagne - 2. Illustration d'un article rendant compte de l'intérêt pour la la,gue bretonne d'étudiants japonais et russes - 3. Vue de la Breizh Parade de Nantes en 2010 - 4. Ces frères jumeaux noirs, nés en Colombie et adoptés par deux familles bretonnes, ont prolongé leurs retrouvailles par la pratique de la musique traditionnelle bretonne et sont devenus champions de Bretagne des sonneurs de couple (couple bombarde/biniou koz) en 2012 - A ajouter, prochainement j'espère : une superbe photo de bigoudène noire.- Le "repli identitaire" dénoncé par les barons du jacobinisme est beaucoup plus présent dans la Constitution française que dans la réalité bretonne...
Photos ci-dessus, de gauche à droite et de haut en bas : 1.Le Berbère Ahmed, qui enseigne le breton, est félicité et récompensé par Léna Louarn, vice-présidente du Conseil régional de Bretagne - 2. Illustration d'un article rendant compte de l'intérêt pour la la,gue bretonne d'étudiants japonais et russes - 3. Vue de la Breizh Parade de Nantes en 2010 - 4. Ces frères jumeaux noirs, nés en Colombie et adoptés par deux familles bretonnes, ont prolongé leurs retrouvailles par la pratique de la musique traditionnelle bretonne et sont devenus champions de Bretagne des sonneurs de couple (couple bombarde/biniou koz) en 2012 - A ajouter, prochainement j'espère : une superbe photo de bigoudène noire.- Le "repli identitaire" dénoncé par les barons du jacobinisme est beaucoup plus présent dans la Constitution française que dans la réalité bretonne...
Photos ci-dessus, de gauche à droite et de haut en bas : 1.Le Berbère Ahmed, qui enseigne le breton, est félicité et récompensé par Léna Louarn, vice-présidente du Conseil régional de Bretagne - 2. Illustration d'un article rendant compte de l'intérêt pour la la,gue bretonne d'étudiants japonais et russes - 3. Vue de la Breizh Parade de Nantes en 2010 - 4. Ces frères jumeaux noirs, nés en Colombie et adoptés par deux familles bretonnes, ont prolongé leurs retrouvailles par la pratique de la musique traditionnelle bretonne et sont devenus champions de Bretagne des sonneurs de couple (couple bombarde/biniou koz) en 2012 - A ajouter, prochainement j'espère : une superbe photo de bigoudène noire.- Le "repli identitaire" dénoncé par les barons du jacobinisme est beaucoup plus présent dans la Constitution française que dans la réalité bretonne...
Photos ci-dessus, de gauche à droite et de haut en bas : 1.Le Berbère Ahmed, qui enseigne le breton, est félicité et récompensé par Léna Louarn, vice-présidente du Conseil régional de Bretagne - 2. Illustration d'un article rendant compte de l'intérêt pour la la,gue bretonne d'étudiants japonais et russes - 3. Vue de la Breizh Parade de Nantes en 2010 - 4. Ces frères jumeaux noirs, nés en Colombie et adoptés par deux familles bretonnes, ont prolongé leurs retrouvailles par la pratique de la musique traditionnelle bretonne et sont devenus champions de Bretagne des sonneurs de couple (couple bombarde/biniou koz) en 2012 - A ajouter, prochainement j'espère : une superbe photo de bigoudène noire.- Le "repli identitaire" dénoncé par les barons du jacobinisme est beaucoup plus présent dans la Constitution française que dans la réalité bretonne...

Photos ci-dessus, de gauche à droite et de haut en bas : 1.Le Berbère Ahmed, qui enseigne le breton, est félicité et récompensé par Léna Louarn, vice-présidente du Conseil régional de Bretagne - 2. Illustration d'un article rendant compte de l'intérêt pour la la,gue bretonne d'étudiants japonais et russes - 3. Vue de la Breizh Parade de Nantes en 2010 - 4. Ces frères jumeaux noirs, nés en Colombie et adoptés par deux familles bretonnes, ont prolongé leurs retrouvailles par la pratique de la musique traditionnelle bretonne et sont devenus champions de Bretagne des sonneurs de couple (couple bombarde/biniou koz) en 2012 - A ajouter, prochainement j'espère : une superbe photo de bigoudène noire.- Le "repli identitaire" dénoncé par les barons du jacobinisme est beaucoup plus présent dans la Constitution française que dans la réalité bretonne...

Tag(s) : #Réunification, #histoire, #Discriminations, #Centralisation

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :